Visalus

VIE - Santé - Prospérité

Informations et commentaires

Post a Comment

Oops!

Oops, you forgot something.

Oops!

The words you entered did not match the given text. Please try again.

Already a member? Sign In

8 Comments

Reply Philippe
10:42 AM on May 14, 2014 
Si vous aimeriez avoir un site contactec moi par email

santepourlavie@hotmail.com
Reply Martin
9:47 AM on April 16, 2014 
Super beau site !
Reply Gerry Nault
11:41 AM on May 13, 2013 
Londres : allocations supprimées pour lutter contre le surpoids


Des élus londoniens de la municipalité de Westminster ont publié un rapport, jeudi 4 janvier, dans lequel ils annoncent vouloir mettre en place un système de régulation des allocations pour les personnes obèses.

La perte de poids pourrait être la nouvelle condition pour obtenir ses allocations. Certains élus londoniens ont, en effet, décidé de supprimer les allocations aux personnes obèses qui refusent de faire des efforts pour perdre du poids.

Pour inciter à la pratique du sport et à une meilleure alimentation, les prestations sociales pourraient être attribuées selon la motivation des personnes en surpoids.

Le paiement des aides au logement et à la taxe d?habitation pourrait être conditionné à la réalisation des exercices prescrits par le médecin pour réduire l'obésité, indique le rapport décrypté par La Croix.

Le système pourrait être surveillé grâce à une carte magnétique destinée à l?accès au centre de sport. L?enregistrement des entrées permettrait de démasquer les absentéistes.

« Economiser de l?argent »

L?obésité coûterait cher aux systèmes de santé avec des coûts directs de plus de 5 milliards d?euros. Une somme importante qui pourrait être réduite grâce aux mesures prises par les élus locaux. « Nous pouvons économiser de l?argent et aider les gens à avoir de meilleures vies », a expliqué le Docteur Jonathan Carr-West, membre du département d?information du gouvernement local.

La mesure proposée serait une façon de réduire le montant des aides sociales tout en diminuant l'incidence de l'obésité.
Reply Gerry Nault
11:40 AM on May 13, 2013 
Obésité chez les enfants
Les médecins ontariens veulent combattre la malbouffe


Les médecins ontariens veulent combattre la malbouffe comme le tabac afin de réduire l'obésité chez les enfants. Ils recommandent d'imposer des taxes plus élevées et d'apposer des messages dissuasifs avec images sur les produits grossissants.

L'association des médecins ontariens a en effet dévoilé mardi «de nouvelles mesures musclées» pour combattre ce qu'elle qualifie d'une «épidémie dans la province» en matière de surpoids et d'obésité chez les enfants.

Le projet de l'Ontario Medical Association (OMA) suggère plusieurs mesures provinciales: l'ajout de messages d'avertissement sur les aliments considérés comme grossissants et affichant de faibles valeurs nutritives; une augmentation de la taxe sur ces aliments et une baisse de la taxe sur les aliments dits santé; des restrictions sur le marketing de la malbouffe ciblant les enfants; et un contrôle sur l'accessibilité de ces aliments dans les installations récréatives.

Le président de l'OMA, Dr Doug Weir, a dit espérer que ces mesures réduiront l'obésité, de la même manière que les taxes et les avertissements sur les paquets de cigarettes ont contribué à faire reculer de 30 % la consommation du tabac depuis les années 1960.

Selon l'OMA, les conséquences à long terme du surpoids chez les enfants pourraient coûter de 2,2 à 2,5 milliards $ par an aux contribuables ontariens, en raison notamment du diabète, de certains types de cancer et de maladies cardiaques qui en découlent.

«Nous élevons une génération d'enfants qui souffriront de maladies dévastatrices qui pourraient être évitées, qui submergeront le système [des soins de santé], et qui mourront prématurément», a déclaré Dr Weir.
Reply Gerry Nault
11:37 AM on May 13, 2013 
ViSalus Highest 2012 Sales Increase In Direct Selling Industry

ViSalus announced that the Company was recognized for its accomplishment of having the top percentage sales increase (171%) in 2012 among a group of 100 distinguished global competitors at the Direct Selling News annual industry event.

Top Earners as Nick & Ashley Sarnicola, Tara Wilson, Aaron Fortner, Rachel Jackson, Tony and Rhonda Lucero, Tina Hockmuth, Chad and Joni Robbins, Jennifer Lynn, Jennifer May, and many others made it possible.

Ryan Blair, ViSalus?s Co-Founder and Chief Executive Officer, commented, ?We are honored to lead the industry in 2012 sales growth percentage and appreciate the recognition we received from direct selling leaders worldwide.?

Mr. Blair and fellow ViSalus Co-Founder and Chief Marketing Officer, Blake Mallen, addressed the audience during the event, speaking to the importance of ViSalus?s culture and the impact of its customer-focused, social selling message, respectively.

ViSalus?s sales increased $393.0 million to $623.5 million in 2012 versus $230.5 million in 2011, making it the Top 21 largest reported direct selling company globally.

Blake Mallen added, ?It is exciting and humbling to be the youngest company in the Top 50, especially since we were only in 2 markets. As a relative newcomer in a group of established and highly successful global competitors, having the forum to share some of the strategies behind the success of our direct-to-consumer selling model was a unique opportunity.?

ViSalus attributes these acknowledgments to all of the passionate Independent Promoters and Customers of the Body by Vi? 90-Day Challenge and remains focused on doing its part to help take weight off the world.
Reply Gerry Nault
11:35 AM on May 13, 2013 
Longueuil retire les boissons énergisantes de ses arénas


Longueuil, Mardi 16 avril 2013

Soucieuse de proposer des milieux de vie sains, la Ville de Longueuil interdira désormais la vente de boissons énergisantes dans les arénas municipaux, faisant ainsi écho aux recommandations de l?Association québécoise des médecins du sport (AQMS).

Les boissons énergisantes présentent des enjeux de santé publique liés à leur forte teneur en sucre qui favorise l?embonpoint, un problème maintenant considéré comme une épidémie chez les jeunes Québécois. Elles peuvent aussi causer de la déshydratation, de l?insomnie, des maux de tête, et même des convulsions. Selon l?AQMS des cas plus graves de troubles cardiaques et des décès pourraient être liés à ces breuvages.

En retirant ces produits, Longueuil contribue concrètement à offrir des milieux sportifs les plus sécuritaires possible à nos jeunes. Cette décision permettra de leur assurer un développement sain et un environnement axé sur de bonnes habitudes de vie.

La Ville procédera au retrait progressif des boissons énergisantes au fur et à mesure des renouvellements de baux des concessions alimentaires qui opèrent dans les arénas municipaux. Le processus de retrait sera complété d?ici la fin de l?année.
Reply Gerry Nault
11:31 AM on May 13, 2013 
Le Nord-Pas-de-Calais lutte en réseau contre le fléau

"L'obésité des enfants est un indicateur global des inégalités de santé. Le différentiel entre les zones d'éducation prioritaire (ZEP) et les non-ZEP est particulièrement significatif", note Monique Romon, chef du service nutrition au centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Lille. Le Nord- Pas-de-Calais est la région de France la plus touchée par l'obésité. Depuis juin, son CHRU est l'un des cinq établissements français labellisés "centre intégré obésité", coordonné par le professeur François Patou, spécialiste de la chirurgie diabétique.

Le professeur Romon dirige aussi le réseau Osean (Obésité sévère de l'enfant et de l'adulte en Nord - Pas-de-Calais), créé en 2006 et promu par l'association Rest'O (Regroupement pour l'éducation, le suivi et le traitement de l'obésité). Médecins, diététiciens, psychologues, éducateurs sportifs et structures associatives y forment une chaîne. "Notre réflexion a commencé en 1999, raconte Mme Romon. A l'époque, nous étions les seuls dans la région à travailler sur l'obésité. Du coup, quand le patient sortait du CHRU, il n'était plus suivi. Entre médecins, nous constations que nous faisions beaucoup de diabétologie tout en restant impuissants pour les obèses. Nous avons alors constitué Rest'O."

La Lilloise a lancé d'autres programmes. Tel "Vivons en forme", appuyé par de nombreuses municipalités : "Il s'agissait de faire de la prévention, grâce à la coordination de chaque service des mairies. L'association leur apporte des formations, par exemple pour la restauration scolaire." Ou encore le réseau Obésité diabète Lille-Métropole, avec des médecins de Marcq-en-Baroeul et la Maison du diabète : "Nous avons mis en place en 2006 dans des quartiers de la métropole l'opération "changer pour mieux être", facilitant l'accès aux soins, même si le médecin concerné ne faisait pas partie de Rest'O.", raconte Mme Romon.

DES ASSOCIATIONS EN PÉRIL

Les médecins ayant fondé Rest'O ont appliqué leur expérience dans leur bassin de vie. Ils ont monté des équipes d'éducation adaptées à l'obésité au plus près des habitants. Il leur fallait se doter de lits adaptés aux patients en rééducation. "Au départ, il n'y avait pas de prise en charge en moyen séjour : les patients devaient partir un an de chez eux, rejoignant des centres spécialisés en France. Ils y maigrissaient, mais quand ils rentraient, ils reprenaient aussitôt les kilos perdus car leur entourage n'avait pas été sensibilisé. Désormais, nous avons des lits de rééducation dans trois villes du Nord."

La région possède aussi trois centres spécialisés dans l'obésité à Valenciennes, Arras et Boulogne-sur-Mer. Mais les associations sont en péril. Bien qu'offrant une éducation thérapeutique, Osean n'est pas un réseau de soins, et l'agence régionale de santé (ARS) a cessé son financement... De même, Rest'O n'aura plus de budget en 2013 alors que le nombre de personnes suivies augmente.

Le maillon faible demeurant le médecin généraliste, Osean avait pourtant développé six postes d'internes, effectuant le lien avec les généralistes de la région.

Ces actions portent-elles déjà leurs fruits ? "Quand il y a un changement de comportement, on le voit d'abord sur les enfants, observe le professeur Romon. Nos premiers résultats concrets sont observés chez les enfants des adultes ayant bénéficié des programmes mis en place il y a vingt ans. On sait qu'un adulte restera obèse mais on prolonge son espérance et sa qualité de vie. Les patients bougent plus, se resocialisent et se sentent mieux moralement."

Et le professeur d'insister : "Il faut développer l'accompagnement par le médecin traitant si l'on veut obtenir de vrais résultats. Les moyens nécessaires ne sont pas énormes. Il en coûte 350 euros par patient pour le cycle de douze semaines proposé par Osean."
Reply Gerry Nault
11:29 AM on May 13, 2013 
Selon la 6e édition de l'étude trisannuelle ObEpi-Roche, l'obésité touche, en 2012, 15 % de la population adulte, correspondant à un peu plus de 6,9 millions d'obèses, soit environ 3,3 millions de plus qu'en 1997